J’ai Gardé le Réflexe

Il s’agit ici d’un exercice répété de dessin du contour des pays que j’ai visité. Pour moi c’est une miniaturisation des limites de ces grandes prisons dans lesquelles nous vivons ou survivons, qui pourraient être des zones de confort plus ou moins agréables.

Ceci me permet de les déplacer, de les assembler et de les superposer. Ensuite, sur les plaques de bois, je reprends ces formes sans penser à tel ou tel pays. Je laisse mon corps suivre le mouvement réflexe et d’autres limites apparaissent, d’autres pays, d’autres prisons.
Ces nouveaux contours sont donc découpés de manière décroissante et reliés entre eux à l’aide de chambre à air. Cette œuvre nous invite dans un voyage dans le noir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.